LA PHOTO DU JOUR : depuis 2002, le journal photo d'un photographe

  • octobre 2020
    L M M J V S D
    « Sep    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  

  • L'Inconnu de Varsovie

    >>>> Retour vers le Futur.
    ARCHIVES d’avant La Photo du Jour.

    Varsovie, Pologne, Juillet 1989

    Nous voilà arrivé, le lendemain à Varsovie. On est rincé par ces deux jours de train, parfois à allure d’escargot. Les dizaines de controles d’identité. La suspicion permanente des policiers et des controleurs.
    Quand on est sorti de la gare de Varsovie, je me souviens très bien de cette immense vide. Tout était en béton, tout était austère, vide, propre et presque silencieux. Il faisait nuit, mais on distinguait parfaitement un immense batiment de béton, j’avais le souvenir qu’on nous avait présenté ça comme étant un opéra ou un théatre, mais je n’ai retrouvé sa trace nulle part.
    Le lendemain, après un petit déjeuner étrange à base de fausse confiture, gelée, pain sec et une sorte de ricoré, nous sommes allés de jour voir Varsovie. L’impression était presque la même. Sauf que les militaires groullaient dans les rues. Ils étaient partout. Absolument partout. Avec nos Nike et nos tshirt colorés, nous passions quand même pour des OVNIS. Le pays étaient encore ancré dans l’ère communiste, privation et queues devant les magasins étaient encore de mise. Nous échangions des dollars pour permettre à des polonais d’aller se fournir dans des Pevex, seuls magasins (payables uniquement en dollars et souvent réservés aux touristes) où il ne manquait de rien.
    On nous a emmené voir le monument du souvenir du sacrifice des soldats polonais lors de la Première Guerre mondiale pour l’indépendance de la Pologne. La tombe du Soldat Inconnu. Comme en France, il est anonyme, et sa tombe est toujours gardée par deux militaires.

    Konica Pop, 36mm F/4 , Kodak.

    PS : Ces films ont été numérisés trop tard, un dégât des eaux dans une cave a détruit et abimé beaucoup de ces pellicules. J’ai sauvé ce que j’ai pu. J’ai numérisé ce qui pouvait l’être.