LA PHOTO DU JOUR : depuis 2002, le journal photo d'un photographe

  • août 2020
    L M M J V S D
    « Juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  

  • Alouette

    >>>> Retour vers le Futur.
    ARCHIVES d’avant La Photo du Jour.

    Lacanau Océan, 19 Aout 1992.

    L’océan avait gagné nos vies, Laurent, Seb et ma pomme, entre bodyboard, surf, chars à voile ou encore skimboard pour certain. On habitait à 30 minutes du Porge ou de Lacanau. Avec des routes « secrètes » pour couper à travers la foret pour gagner 10 minutes, en passant par des villages comme Brach. Lacanau, c’était le temple, c’était aussi les plus chouettes souvenirs de vagues pas trop méchantes, belles et claires. Je n’ai jamais été effrayé par les creux de Lacanau. De nature, c’était pas immense. Pas comme la cote Basque, là bas c’était bien plus méchant.
    L’hors-saison avait un gout particulier, y’avait que des locaux, ambiance cool. Le café « L’Hoya » qui restait ouvert tout l’hiver, surplombait la plage, il avait un beau billard, on y jouait souvent quand il faisait (trop) froid.
    Les surfeurs sont des gens cools, mais les surfeurs de Lacanau sont toujours cools. Leur QG, c’était la promenade de la plage, ses boutiques, ses shapers et surtout vers l’école de surf. J’aimais bien rentrer dans l’eau à cet endroit.
    Je me souviens avoir dépensé un paquet de fric dans des magazines, pour comprendre les techniques, et surtout pour baver sur des photos plus belles les unes que les autres. Certains avaient Hawaii en bas de chez eux, nous on avait : Lacanau Beach !
    Le Lacanau-Pro, était (est) la compet’ de surf assez incontournables, les stars étaient là et les maitres aussi. Cette année là, j’y suis allé plusieurs fois, deux ou trois fois, poser mes fesses sur le sable, avec une bouteille de flotte, une casquette, des jumelles et mon vieux Konica. Je restais là des heures, l’océan me plaisait autant que de voir ces mecs faire ce que je ne savais pas faire. Parfois, des touristes égarés venaient perturber la compétition, en allant nager dans les baïnes… Les secours intervenaient toujours, l’héliport était juste derrière nous, et l’hélico se posait même à l’époque sur le parking de la plage, y’avait un immense « H », cet héliport de par son emplacement, me fascinait.

    Konica Pop, 36mm F/4 , Kodak 400.

    PS : Ces films ont été numérisés trop tard, un dégât des eaux dans une cave a détruit et abimé beaucoup de ces pellicules. J’ai sauvé ce que j’ai pu. J’ai numérisé ce qui pouvait l’être.