LA PHOTO DU JOUR : depuis 2002, le journal photo d'un photographe

L'Impasse droit

Francois FILLON (ancien Premier Ministre , député LR – Les Republicains et vainqueur de la Primaire de Droite), candidat a l’election presidentielle francaise, a tenu un meeting sur l’esplanade du Trocadero, a Paris, France, le 5 Mars 2017. Selon la prefecture de Police, environ 50 000 personnes etaient presentes, l’organisation a de son coté, comptabilisé 200 000 personnes.
Francois FILLON (former French Prime Minister, MP LR – The Republicans and winner of the Primary of Right), candidate in the French presidential election, held a meeting on the Esplanade of Trocadero, Paris, France, March 5, 2017 According to the Prefecture of Police, about 50,000 people were present, and 200,000 people for the candidate team.
© Nicolas Messyasz / Hans Lucas

Notes personnelles : Le rassemblement avait tout pour être exceptionnel, ou du moins, peu ordinaire. Le lieu, la vue, le contexte politique, les affaires, et cette présidentielle complétement folle. Avec des confrères journalistes, nous y allions un peu à reculons, on y pensait depuis deux jours déjà, on pensait que celà finirait au propre et/ou au figuré au lynchage de la presse et de la justice. Comme à la « belle » époque de la Manif pour Tous.
Aucune allusion de la presse ou de la justice, par les orateurs, ni même Fillon, à ce sujet.
Nous avons même eu à faire à des personnes (TRES) très sympas de l’équipe de Fillon (equipe presse et com), ce qui n’était pas du tout le cas ces dernières semaines. Le public (militant) aussi, au premier rang, agréable, drôle, ouvert, nous avons échangé un peu avec eux, et ce fut plus que cordial.

En revanche, en traversant la foule, pour m’éloigner de la scène, en allant photographier les gens un peu plus loin et faire des ambiances, ce n’était plus la même chose. Propos réducteurs, insultants, déplacés, visant les journalistes. Celà m’était adressé, directement et parfois verbalement violent.
Une fois, deux fois, trois, quatre fois… etc…
J’ai répondu avec un ou deux sourires, puis je commençais à ne plus sourire, j’ai pris le large donc, un peu, quelques minutes.
Des propos racistes et homophobes (oui, parce que un homme avec un piercing est forcément gay pour ces gens là), mais la plus « belle » phrase a été qu’on me dise « Ici c’est la Droite, la Gauche, c’est au fond là bas près des chiottes, alors dégage ! »… Et autour, dix personnes qui entendent ça, et qui hochent la tête pour approuver, ou pour rire. Et personne qui ne s’y oppose. Personne…
Ces gens là sont donc un des visages des électeurs de Francois Fillon, tant pis pour les gens sympas, eux, on les oubliera tellement facilement après ça…