LA PHOTO DU JOUR : depuis 2002, le journal photo d'un photographe

  • août 2020
    L M M J V S D
    « Juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  

  • Tanais
    • ARCHIVES d’avant La Photo du Jour, d’avant le 6 Juin 2002.
       

      28 Janvier 1988, Blanquefort, Gironde.
      Konica 35, Kodak Gold 200.

    La prof d’arts plastique, collège Emmanuel Dupaty de Blanquefort, nous a demandé d’observer la nature, les saisons qui changent. Qu’il fallait être curieux comme un photoreporter, que rien ne puisse nous échapper.
    Je n’ai retenu que ça, ou, en tout cas, j’ai déformé assez les choses pour ne retenir que ça.
    Et le mot « appareil photo » était devenu une belle excuse. Je rentre donc, et sous ce prétexte fabuleux, je m’autorise à sortir du tiroir mon Konica 35, j’y mets, plutot mal, une pellicule Kodak, une Gold 200.
    Je file au garage, sort mon mountain bike Lejeune (le mot VTT n’existait pas encore), grand, lourd, indestructible et jaune métallisé (le velo hein, pas moi), et je file dans les chemins autour de la maison. Je me dirige vers le Chateau Dillon et le terrain militaire de Tanaïs, où je trainais souvent, pour y faire du vélo, faire le con dans les fossés ou entre les rangs de vignes.
    Je cherche cette « nature » à garder en mémoire, prétexte fabuleux pour ne pas faire d’autres devoirs, l’art plastique est tellement plus important que les maths ou de la grammaire. On est pas cancre de fond de classe pour rien.
    Je me vois encore à prendre une série de photos, inutiles, de certains clichés avec mon doigt devant, c’est moche, c’est mal cadré. Finalement, je me sens pas très bon.
    Mais, je suis sorti un peu. Je vais rentrer, il va faire bientôt nuit.
    Plus tard je m’aperçois que le film a mal été chargé, le capot arrière est félé aussi. Rien ne va. La pellicule est ratée. Je ne serais jamais photoreporter.
    Blanquefort, Gironde, Janvier 1988.